S’affirmer Ensemble se réjouit de la décision de l’Église Unie

S’affirmer Ensemble se réjouit de la décision de l’Église Unie

Affirm United/S’affirmer Ensemble a accueilli avec enthousiasme la décision du Conseil général de l’Église Unie du Canada d’entamer une démarche de réparation envers les personnes des orientations sexuelles et de genre. Nous nous réjouissons à la perspective de travailler ensemble à la réalisation de cet engagement. Nous félicitons le Conseil général pour cet important pas en avant.

Collin Smith, président du Conseil AU/SE.

Texte de la résolution adoptée par le Conseil général
GCE 10 : Vivre les excuses, une démarche de réparation à l’égard des communautés LGBTTQ2 [Living apology to members of LGBTTQ2 communities]

[Traduction libre] Le 42e Conseil général (2015) :

  1. Décide d’amorcer une démarche de réparation [« Process of Living Apology »] vouée au dialogue, au témoignage, à la sensibilisation et à la réconciliation avec les personnes de toutes orientations sexuelles et identités de genre, qui comprennent, sans toutefois s’y limiter, les lesbiennes, les gais, les bisexuels, les transgenres, les bispirituels et les queers (LGBTT2Q).
  2. Demande à la secrétaire générale de collaborer avec Affirm United/S’affirmer ensemble à la réalisation d’une installation artistique, dont un exemple est présenté à l’Annexe A;
  3. Invite l’Église Unie du Canada à entamer avec les personnes LGBTT2Q un parcours de dialogue et de réconciliation de trois ans qui comprendra :

* des manifestations artistiques axées sur le dialogue, le culte et la sensibilisation;

* des occasions d’explorer des notions comme la lamentation, la réconciliation et la justice, qui feront l’objet d’un rapport et d’une célébration au 43e Conseil général (en 2018), lequel coïncidera avec le 30e anniversaire de la décision de 1988 sur la participation pleine et entière des personnes LGBTT2Q au sein de l’Église Unie.

By | 2016-01-21T22:23:15+00:00 janvier 21st, 2016|Événements spéciaux|Commentaires fermés sur S’affirmer Ensemble se réjouit de la décision de l’Église Unie